"Chardin et Rembrandt" de Marcel Proust

22 Fév
CHARDIN, Autoportrait
« Nous avions appris de Chardin qu’une poire est aussi vivante qu’une femme, qu’une poterie vulgaire est aussi belle qu’une pierre précieuse. II nous avait fait sortir d’un faux idéal pour pénétrer largement dans la réalité, pour y retrouver partout la beauté, non plus prisonnière affaiblie d’une convention ou d’un faux goût, mais libre, forte, universelle : en nous ouvrant le monde réel, c’est sur la mer de beauté qu’il nous entraîne. »

Qu’est-ce qu’« Un mois, un extrait » ?

7da08-la_bouteille_la_mer_keep_calm_un_mois_un_extrait
C’est un rendez-vous mensuel que j’ai créé pour varier mes lectures et multiplier les moments de partage entre ceux qui me lisent et moi-même. Avant chaque premier du mois, il suffit de me contacter et de me faire parvenir vos idées soit par courriel (l’adresse de contact est disponible dans la rubrique « L’auteur », voir en haut de page), soit en me laissant un commentaire en bas de ce billet ou sur la page Facebook de « La Bouteille à la Mer ».

 

Vous pourrez écrire votre propre article en invité ou, faute de temps à y consacrer, écrire un petit topo pour expliquer votre lien avec l’extrait en question et je me charge de mettre en forme un article où vous (et/ou votre blog) seront cités. Aucune obligation de posséder un blog ou d’être un(e) grand(e) spécialiste en littérature. C’est surtout le partage qui compte qui que vous soyez et quelques soient vos goûts. Je suis toujours curieuse de découvrir de nouvelles choses, de nouveaux genres et c’est l’occasion !

 

« Dans les épisodes précédents », « Un mois, un extrait » a fait découvrir :

 

#1: L’Idiot de Fiodor DOSTOÏEVSKI
#4: « Éclaircie en hiver » in Pièces de Francis PONGE
#5: « Un plaisant » in Le Spleen de Paris de Charles BAUDELAIRE 

 

Ce mois-ci, ce rendez-vous « Un mois, un extrait » a pris un peu de retard mais le voilà de retour avec Marcel Proust, autant dire que ça valait la peine d’attendre, n’est-ce-pas ? A dire vrai, ce n’est pas vraiment Proust qui sera mis à l’honneur (malgré toute l’admiration que j’ai pour l’homme et son oeuvre) mais plutôt la peinture et une de ses conceptions de l’art à travers l’oeuvre d’un autre : Jean-Siméon Chardin. J’ai connu et aimé Chardin la première fois que je suis allée au Louvre grâce aux commentaires qu’en fait Diderot dans ses Salons. Le réalisme de ses peintures ne peut pas nous laisser indifférent même si les « natures mortes » et les scènes de genre sont surement moins populaires que d’autres thèmes quand on aime la peinture. Pourtant, on sent que quelque chose se passe chez Chardin: le temps, presque suspendu, c’est un instantané de vie qui nous est montré, une vie simple, loin du maniérisme. En vérité, Chardin est un maître à voir : ils nous apprend à bien regarder le monde et, à travers ses tableaux, à le voir sous un nouveau jour à tel point qu’art et réalité viennent à se confondre.

C’est par l’écriture, une autre forme d’art, que Proust veut révéler ce pouvoir de l’art de transfigurer le monde, d’en redonner le goût même dans ses aspects les plus prosaïques ce qui est assez inattendu pour quelqu’un réputé pour être un fieffé dandy et un homme du monde.


Chardin et Rembrandt de Marcel PROUST

 

Jean-Siméon CHARDIN, Le buffet

« Prenez un jeune homme de fortune modeste, aux goûts artistes, assis dans la salle à manger au moment banal et triste où l’on vient de finir de déjeuner et où la table n’est pas encore complètement desservie. L’imagination pleine de la gloire des musées, des cathédrales, de la mer, des montagnes, c’est avec malaise et ennui, avec une sensation proche de l’écœurement, un sentiment voisin du spleen, qu’il voit un dernier couteau traîner sur la nappe à demi relevée, qui pend jusqu’à terre, à coté d’un reste de côtelette saignante et fade. Sur le buffet un peu de soleil, en touchant gaiement le verre d’eau que des lèvres désaltérées ont laissé presque plein, accentue cruellement comme un rire ironique, la banalité traditionnelle de ce spectacle inesthétique. (…) Il maudit cette laideur ambiante, et honteux d’être resté un quart d’heure à en éprouvé non pas la honte mais le dégoût et comme la fascination il se lève et s’il ne peut pas prendre le train pour la Hollande ou pour l’Italie, va chercher au Louvre des visions de palais à la Véronèse, des princes à la Van Dyck, des ports à la Claude Lorrain, que ce soir viendra de nouveau ternir et exaspérer le retour dans leur cadre familier des scènes journalières.

Claude LORRAIN, Le débarquement de Cléopâtre à Tarse
La mère laborieuse
Si je connaissais ce jeune homme, je ne le détournerais pas d’aller au Louvre et je l’y accompagnerais plutôt ; mais le menant dans la galerie La Caze et dans la galerie des peintres français du XVIIIe siècle, ou dans telle autre galerie française je l’arrêterais devant les Chardin. Et quand il serait ébloui de cette peinture opulente de ce qu’il appelait la médiocrité de cette peinture savoureuse d’une vie qu’il trouvait insipide, de ce grand art d’une nature qu’il croyait mesquine, je lui dirais : Vous êtes heureux ? Pourtant qu’avez-vous vu là ? qu’une bourgeoise aisée montrant à sa fille les fautes qu’elle a faites dans sa tapisserie (La mère laborieuse), une femme qui porte des pains (La Pourvoyeuse), un intérieur de cuisine où un chat vivant marche sur des huîtres, tandis qu’une raie morte pend aux murs, un buffet déjà à demi dégarni avec des couteaux qui traînent sur la nappe (Fruits et Animaux), moins encore, des objets de table ou de cuisine, non pas seulement ceux qui sont jolis, comme des chocolatières en porcelaine de Saxe (Ustensiles variés), mais ceux qui vous semblent le plus laids, un couvercle reluisant, les pots de toute forme et toute matière (La Salière, L’Écumoire), les spectacles qui vous répugnent, poissons morts qui traînent sur la table (dans le tableau de La Raie), et les spectacles qui vous écœurent, des verres à demi vidés et trop de verres pleins (Fruits et Animaux).

 

 
La pourvoyeuse

 Le plaisir que vous donne sa peinture d’une chambre où l’on coud, d’une office. d’une cuisine. d’un buffet, c’est, saisi au passage. dégagé de l’instant, approfondi. éternisé. le plaisir que lui donnait la vue d’un buffet, d’une cuisine. d’une office, d’une chambre où l’on coud. Ils sont si inséparables l’un de l’autre que. s’il n’a pu s’en tenir au premier et qu’il a voulu se donner et donner aux autres le second, vous ne pourrez pas vous en tenir au second, vous reviendrez forcément au premier. Vous l’éprouviez déjà inconsciemment ce plaisir que donne le spectacle de la vie humble et de la nature morte, sans cela il ne se serait pas levé dans votre cœur, quand Chardin avec son langage impératif et brillant est venu l’appeler. Votre conscience était trop inerte pour descendre jusqu’à lui. Il a dû attendre que Chardln vint le prendre en vous pour l’élever jusqu’à elle. Alors, vous l’avez reconnu et pour la première fois vous l’avez goûté. Si en regardant un Chardin, vous pouvez vous dire : cela est intime, est confortable, est vivant comme une cuisine, en vous promenant dans une cuisine. vous direz : cela est beau comme un Chardin. »

 

Jean-Siméon CHARDIN, Le bocal d’olives.

 

Où se le procurer ?

Pour lire dans son intégralité cet essai de Marcel Proust Chardin et Rembrandt, il faudra compter EUR 10, 54 dans son édition « Le bruit du temps ».

5 Réponses to “"Chardin et Rembrandt" de Marcel Proust”

  1. Alacris 13 juin 2013 à 2:22 #

    Proust a toujours ce talent particulier, de même que Diderot, pour nous faire sentir la peinture à travers les lettres. Le petit pan de mur jaune, l'art qui nous fait sortir de nous et multiplie les mondes possibles à travers la vision des artistes originaux et démiurges… il y a vraiment quelque chose de pictural dans son écriture, je trouve (ce que je viens de dire est peut-être soit très faux, soit très banal, mais bon, je ne suis pas spécialiste de Proust alors on va dire que j'ai le droit de dire des banalités).PS : c'est avec plaisir que j'ai vu Le débarquement de Cléopâtre à Tarse dans ton article… ce tableau m'a toujours fait penser à un autre de Turner dont le nom m'échappe malheureusement…. tant pis, ça me reviendra.PS: mon code pour valider le commentaire est "overraw money", je trouvais ça désopilant et je tenais à le partager avec quelqu'un !

Trackbacks/Pingbacks

  1. "Look Back In Anger" (1956) de John Osborne | La Bouteille à la Mer - 25 juin 2013

    […] de Francis PONGE #5: "Un plaisant" in Le Spleen de Paris de Charles BAUDELAIRE  #6: Chardin et Rembrandt de Marcel PROUST  #7: De profundis d’Oscar Wilde   Vous pouvez retrouver […]

  2. "De profundis" d’Oscar Wilde | La Bouteille à la Mer - 25 juin 2013

    […] de Francis PONGE #5: "Un plaisant" in Le Spleen de Paris de Charles BAUDELAIRE  #6: Chardin et Rembrandt de Marcel PROUST  #7: De profundis d’Oscar Wilde   Vous pouvez retrouver […]

  3. Poésie de Charlotte, Emily, Anne & Branwell Brontë | La Bouteille à la Mer - 29 septembre 2013

    […] Francis PONGE #5: "Un plaisant" in Le Spleen de Paris de Charles BAUDELAIRE  #6: Chardin et Rembrandt de Marcel PROUST  #7: De profundis d’Oscar Wilde #8: Look Back in Anger de John […]

  4. "Les Braises" de Sándor Márai | La Bouteille à la Mer - 20 juillet 2014

    […] PONGE #5: "Un plaisant" in Le Spleen de Paris de Charles BAUDELAIRE  #6: Chardin et Rembrandt de Marcel PROUST  #7: De profundis d’Oscar Wilde #8: Look Back in Anger de John […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :