"Trois enquêtes du père Brown" de G.K Chesterton

17 Fév

« Le docteur regarda le nouveau venu avec un ahurissement à peine déguisé, comme s’il se fût trouvé en présence d’un monstre marin, mais évidemment inoffensif. (…) Son chapeau tomba sur la tapis, son encombrant parapluie glissa entre ses genoux avec un bruit mat ; il parvint à reprendre le premier et suivit l’autre des yeux, puis avec un indéfinissable sourire, il dit :

– Mon nom est Brown. »

L’intrigue


Mieux connu outre-manche qu’en France, le père Brown est un personnage atypique dans le genre policier. Ce n’est ni un homme de métier, ni un détective privé, ni un détective consultant mais un prêtre catholique qui, avec la force de son esprit déductif, de ses talents d’observation et de sa perspicacité, résout une série d’enquêtes au fil des ses voyages de courte, moyenne ou longue distance. Ainsi, au cours de ces « trois enquêtes » (sur les cinquante-huit nouvelles écrites par G.K Chesterton), on le retrouve dans sa propre paroisse pour aider une de ses ouailles (« L’absence de Mr Glass »), puis non loin des Cornouailles pour résoudre une étrange affaire de naufrages à répétition (« Les naufragés des Pendragon ») et enfin en Italie, des voleurs de grand chemin sur son passage où le danger n’est pas loin ! (« Le paradis des voleurs »)
Statue de C.S Lewis (Dublin)
Alors que je m’étais fait un beau programme de lecture (avec possibilité de Lectures Communes), j’ai dû m’absenter d’ici pour un mois le temps de travailler à fond pour mon mémoire sur C.S Lewis dont je devais rendre le plan à mon directeur de recherche. Autant dire que ça n’a pas été de tout repos et, même rendu, j’y travaille encore… Je vous reviens cependant avec Trois enquêtes du père Brown qui regroupe trois intrigues policières sous la forme de courtes nouvelles. Vous connaissez peut-être son auteur de nom : Gilbert Keith Chesterton (1874-1936). Personnellement, c’est grâce à C.S Lewis que j’en suis venue à le connaître et à le lire en tant qu’il le considère comme un de ses maîtres avec George MacDonald que je compte aussi découvrir très bientôt et, a fortiori, vous en parler.

 

L’énigme première de cette série de nouvelles policières, c’est bien sûr l’identité de son personnage éponyme. Que vient faire un prêtre catholique sous la peau d’un détective amateur, jurant ainsi avec les sacro-saints codes du polar ? Bien sûr, on pourrait l’interpréter dans une visée parodique qui ridiculiserait le genre, ses mécanismes mais, n’ayant pas une grande expérience des polars (sauf ma lecture du Grand Sommeilde Chandler et une lecture en cours de mon premier Sherlock Holmes, A Study in Scarlet), je n’en ai pas été frappée. Au contraire, je dirais que la place prépondérante des énigmes à résoudre en absence de meurtres à proprement parlé met en valeur le genre puisque Chesterton en a gardé l’essence même. Que serait un roman policier sans ces énigmes qui travaillent le lecteur autant que les protagonistes ? Ces Trois enquêtes du père Brown conservent donc cet aspect cérébral même si, bien sûr, vu le format de la nouvelle, les énigmes ne peuvent pas être déployées comme dans un roman. Bien sûr, la parodie pourrait attaquer cet aspect même en laissant entendre que les romans policiers sont peut-être quedes énigmes où les histoires plus ou moins macabres, les cadavres et la recherche du meurtrier ne serait qu’un bon prétexte pour faire chauffer ses neurones.
G.K CHESTERTON
Par contre, si parodie il y a, le père Brown n’est jamais ridiculisé. Certes, il jure un peu avec le paysage habituel (rien que par le fait qu’il soit catholique parmi des anglicans ou des personnages non-croyants), il suscite toujours l’étonnement mais, il reste le héros de cinquante-huit nouvelles dont j’ai pu en lire un aperçu avec ces trois-là. Pour mieux comprendre le choix bien réfléchi de ce personnage en soutane, toujours affublé de son chapeau et de son parapluie (même en Italie!), il faut connaître un minimum d’informations à propos de G.K Chesterton. Comme C.S Lewis, Chesterton a plusieurs flèches à son arc : « homme d’un génie colossal »selon George Bernard Shaw (son ami-ennemi), journaliste, poète, biographe (de Robert Browning, Dickens, William Blake, Stevenson entre autres). Mais, c’est aussi et surtout un converti au catholicisme et, comme Lewis, il « s’engage » dans une apologétique du christianisme. Quoi de plus normal, dès lors, de voir ce prêtre sous sa plume surtout inspiré par sa rencontre avec un prêtre catholique, le père John O’Connor, un curé du Yorkshire qui a participé à sa conversion.
Tom Branson (Allen Leech – Downton Abbey)
Pour ceux qui auraient peur de voir dans ses enquêtes « un message chrétien » trop marqué, je dirais que ces trois enquêtes n’en font pas du tout cas. C’est une façon ludique de faire connaissance avec ce personnage atypique avec un plaisir de lecture certain pour un trajet aller-retour en train comme moi par exemple. Le père Brown est particulièrement attachant et ces nouvelles pleines d’humour y sont bien sûr pour quelque chose. Je pense que des questions plus sérieuses, comme par exemple la « cohabitation » entre catholiques et anglicans en Angleterre dans les années 20, doivent être développées dans les nombreuses autres enquêtes. Les amoureux de Downton Abbeyqui ont apprécié les crêpages de chignon entre Tom Branson (« le chauffeur ») et le comte de Grantham ne devraient pas être dépaysés.

 

C’est d’ailleurs le seul reproche que je pourrais faire à ces Trois enquêtes du père Brown : je suis un peu restée sur ma faim. Forcément, avec cette petite sélection de trois nouvelles sur cinquante-huit, on manque l’unité de la série créée par Chesterton et, malgré le brio des intrigues, on aurait envie d’en savoir plus sur ce père Brown, sur ses habitudes, sa personnalité. C’est pour ça que dès que possible, j’espère bien en lire l’intégrale (malheureusement un peu chère) ou du moins une sélection plus large comme La sagesse du père Brown et Le secret du père Brown.

 

A noter : BBC One a diffusé en janvier une série Father Brown avec Mark Williams, Arthur Weasley dans les Harry Potter), dans le rôle principal. Le succès a été tel qu’une suite est prévue et vous pouvez voir le premier épisode et suivants (sous-titrés en anglais) sur Youtube ici :


Où se le procurer ?

  • Trois enquêtes du père Brown est disponible en Folio pour EUR 1, 90.
  • Vous pouvez aussi continuer à suivre les aventures du père Brown dans Le secret du père Brown pour EUR 1, 95 et dans La sagesse du père Brown pour EUR 5, 66.
  • G.K Chesterton est aussi très connu pour son roman Le nommé Jeudi : un cauchemar, un thriller métaphysique à mi-chemin entre Lewis Carroll, Kafka et Borges pour EUR 8, 69.

 




Lu dans le cadre du challenge Thrillers & Polars de Liliba.

4 Réponses to “"Trois enquêtes du père Brown" de G.K Chesterton”

  1. maggie 18 février 2013 à 8:56 #

    j'avais bien aimé ces enquêtes mais comme toi, je suis restée sur ma faim et je trouve que toutes les enquêtes ont un air de ressemblance… Toujours les mêmes procédés ! En revanche, je n'y ai pas vu de parodie. MERCI pour le lien, je vais aller voir !!!!

  2. Alexandra Bourdin 21 février 2013 à 4:43 #

    Je ne peux juger que de ces trois-là mais je les ai tout de même trouvé très singulières les unes par rapport aux autres avec un style, un ton particulier.Je verrais quand j'en lirais d'autres si j'ai le même ressenti que toi. :)Pour l'idée de la parodie, c'est vraiment une hypothèse pour tenter d'expliquer quelle relation Chesterton a pu avoir avec le genre du roman policier vu qu'il s'éloigne beaucoup des codes habituels. Là encore, n'ayant lu que trois enquêtes, c'est peut-être pas vérifié. De rien pour la vidéo ! J'ai eu le temps de regarder le début du premier épisode. C'est assez sympa. Mark Williams est très bon! J'espère que ça t'a plu.🙂

  3. Alex Mot-à-Mots 6 mai 2013 à 12:58 #

    Voilà qui me donne des idées….

Trackbacks/Pingbacks

  1. "Les intrus de la Maison Haute" de Thomas Hardy | La Bouteille à la Mer - 29 juin 2013

    […] ne propose pas à mon avis les meilleures nouvelles de l’oeuvre d’Hardy. Un peu comme Trois enquêtes du Père Brown de G.K Chesterton, je suis restée un peu sur ma faim, sentant du potentiel dans le talent de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :