"Nuit et Jour" de Virginia Woolf

30 Août

« Never are voices so beautiful as on a winter’s evening, when dusk almost hides the body, and they seem to issue from nothingness with a note of intimacy seldom heard by day. » [1]
Virginia WOOLF, Night and Day (1919)

 

L’intrigue :

Nuit et Jour est le second roman de Virginia Woolf à être publié, après La Traversée des apparences. Sa structure paraît simple, centrée autour de l’histoire de quatre personnages : Katherine Hilbery, Mary Datchet, William Rodneyet Ralph Denham. Quoi qu’appartenant à des milieux sociaux différents, ils sont liés les uns avec les autres gravitant ensemble autour des mêmes préoccupations et des mêmes lieux où ils se rencontrent, se fuient ou se cherchent. Mais qui sont-ils ?Qu’est-ce qui les lient ? L’amour, l’amitié, la rivalité, l’admiration ? Tout ça, en même temps ?

 

On les suit presque exclusivement dans un décor londonien au fil de leurs nombreuses promenades, mais surtout de leurs errances très souvent nocturnes entre Chelsea à Cheney Walk et Highgate en passant par Kew Gardens. Deux fois deux faisant quatre, ce sont surtout des couples qui se forment, qui se confrontent, qui se brouillent ou se réconcilient et pas seulement ceux qu’on croit. Bien sûr, les préoccupations amoureuses ne manquent pas mais aussi les plus existentielles. La femme face à la femme, la femme face à l’homme, l’homme face à l’homme, chacun se cherche soi-même, se demande qui il est, ce que, lui, veut contre ce que la société ou les autres pensent savoir ce qu’il est ou ce qu’il deviendra d’après leurs diktats.

 

           Mon histoire personnelle avec ce roman de Virginia Woolf commence avec sa couverture (dont l’image d’origine se trouve ci-dessus) et c’est elle qui m’a accrochée lors d’une flânerie en librairie plus que les mots « vendeurs » au dos de l’ouvrage. Il faut dire que je ne passe jamais au Gibert de Saint-Michel sans faire un tour du coté de l’étagère dédiée à Virginia Woolf. Appelez ça un rituel ou une folie mais en tout cas, ce n’est jamais improductif puisque, petit à petit, je reconstitue chez moi la même étagère avec les mêmes ouvrages. Il faut dire qu’en juin dernier, j’étais plus que jamais dans ma période « VW » après avoir écouté deux ou trois émissions sur France-Culture qui lui étaient dédiées particulièrement autour de ses œuvres « féministes » : Une pièce bien à soi et Trois Guinées. La couverture de Nuit et Jour y a fait écho puisqu’il présente joliment un affiche en faveur du « Vote for Women ». J’ai imaginé retrouver sous couvert de la fiction les mêmes idées ensuite rassemblées dans ces deux ouvrages théoriques et mon intuition était en partie fondée.

 

Mary Datchet, en plus d’être indépendante, fume !😉

            Cette dimension « vote for women » est incarnée par le personnage plus qu’attachant de Mary Datchet qui travaille dans un comité de « suffragettes ». Elle représente l’indépendance au féminin, la self made woman, elle qui vit seule dans un appartement bien à elle et qui se définit par son travail :
Ne pensez-vous pas qu’il existe autre chose que le travail ?, demanda-t-il, hésitant.
Rien sur quoi l’on puisse compter, répondit-elle. […] Que serais-je devenue si je n’étais pas obligée d’aller au bureau tous les matins ? Des milliers de personnes vous diront la même chose – des milliers de femmes. C’est le travail qui m’a sauvée, Ralph, pas autre chose.
Cependant, et c’est bien pour ça qu’on est dans le cadre d’une fiction, cet aspect n’a rien de militant. Au contraire, étant donné l’époque (c’est-à-dire la période edwardienne entre 1900 et 1918), le siècle est aussi naissant que l’est le mouvement féministe et on le sent tâtonner à tel point que Mary s’impatiente de ne pas voir son comité plus ambitieux, plus dans l’action et moins dans les belles paroles. Tout cela réunit ne peut que mettre les revendications féministes qu’au second plan de l’histoire, comme « arrière-plan culturel » comme la couverture de Nuit et Jour  n’est finalement que secondaire par rapport au texte lui-même.

 

Si le mouvement féministe est anecdotique et si les considérations sociales ne sont pas de cet ordre-ci, elles servent des préoccupations plus personnelles, voire plus existentielles qui sont celles des quatre personnages contre cette société traditionnelle et patriarcale.

 

Dès les premières pages,Nuit et Jourétonne par sa facture plus classique, presque austenienne et il faut dire qu’il partage avec les romans de Jane Austen des thèmes similaires comme la question de la place de l’amour dans le mariage. Même si le style est bien différent, je ne vois rien du classicisme attendu. Certes, l’histoire suit un semblant de linéarité, avec une chronologie assez stricte d’une saison à l’autre, d’automne au printemps avec des personnages clairement construits et dans la longueur. (D’ailleurs, entre nous, c’est le plus long Virginia Woolf que j’ai lu, soit 536 pages.) Or, je crois qu’on entend plus l’adjectif « classique » au sens où, enfin ! (ou presque), on arrive à la suivre et à voir où elle veut en venir grâce à des phrases d’une longueur acceptable étant donné que ses célèbres stream of consciousness(flux de conscience ou monologue intérieur) sont presque totalement absents pour laisser place à l’exposé (presque) clair et distinct de pensées et des sentiments des héros et des héroïnes. Remarquez bien : tout est dans le « presque ». C’est Virginia Woolf quand même, pas Marc Lévy !

Cecil Gordon Lawson, Cheyne Walk (1870)
La rue à Chelsea où Katherine et les Hilbery habitent.

 

En vérité, je crois que ce classicisme n’est que de surface justement parce qu’il s’agit déjà de Virginia Woolf, celle que l’on connaît et celle que j’aime à la prose étrange et presque envoûtante. Nuit et Jour intrigue, comme tous ses autres romans à tel point qu’il ne cessera pas comme les autres de m’accompagner dans mes pensées même après avoir lu la dernière phrase :

“Good night,” she murmured back to him.

Pourtant, j’ai eu du mal à le finir (pour sa défense, j’ai reluJane Eyre entre temps) ou à m’attacher à ses personnages, à leur trouver assez de profondeur pour que ce roman ait une place à part pour moi, comme je crois qu’il l’aura à l’avenir. Je ne sors pas avec un sentiment mitigé, comme ça a été le cas il y a quelques mois pour Céline, mais plutôt conquise après avoir été perplexe pendant la première moitié du roman et happée par les pages, par l’histoire et ses personnages durant la seconde moitié à tel point que je l’ai fini en quelques jours, un peu trop tôt à mon goût.

Mais, il a de quoi rendre perplexe ce qui me confirme dans mon idée qu’il est plus original qu’on ne le croit et aussi woolfien que les autres.

Ce qui éloigne Virginia de Jane Austen, ce sont d’abord ses personnages. Souvent, les romans de Jane Austen sont centrés autour d’une seule héroïne (mise à part Sense & Sensibility) dont on suit l’évolution, les pensées et les sentiments plus que les autres personnages grâce à des procédés littéraires bien connus comme la focalisation interne. C’est comme cela que l’on divise le personnage principal et les personnages secondaires. Or, Nuit et Jour voit cohabiter au moins quatre voix qui se partagent assez équitablement le devant de la scène et qu’on pourrait appeler personnages principaux : Katherine, Mary, William et Ralph. Or, les prétendument personnages secondaires, même les plus insignifiants, ont aussi une voix bien à eux à tel point que cette distinction ne tient plus. C’est fait avec beaucoup de finesse, beaucoup de souplesse, encore une fois seamless : là où cela est fait de façon abrupte et déroutante dans Les Vaguesoù pas moins de six voix se mêlent, tous les personnages parlent ici en leur nom, presque en même temps, sans que jamais cela paraisse cacophonique.

Katherine Hilbery, at home

 

Certes, Katherine Hilbery pourrait tenir le rôle d’héroïne austenienne à quel point elle est au centre de toutes les préoccupations autant sociales, matrimoniales qu’existentielles. Cependant, elle n’a rien d’un type comme si elle était la porte parole de son époque ou de son milieu. Au contraire, elle est sacrément étrange et parfois étrangère à elle-même à la limite de la névrose ! Dès le début, il y a comme un flou autour de son personnage : elle appartient au beau monde dans une famille qui s’est fait un nom en littérature (en tant que la petite fille du poète – fictif, il me semble – Richard Alardyce) et pourtant, elle pourrait presque apparaître dès la première phrase comme une domestique dans la maison de ses parents en servant le thé :

« It was a Sunday evening in October, and in common with many other young ladies of her class, Katharine Hilbery was pouring out tea. »

Loin du personnel de Downton Abbey, son rôle est pourtant celui d’une sorte d’intendante jouant comme on s’attend d’elle la parfaite ménagère, comme déjà prête pour la vie qu’on lui destine, celle d’une bonne épouse épanouie dans un mariage de raison. Pourtant, Katherine est bien loin de ses considérations pratiques : tout semble maîtrisé dans sa vie, à tel point qu’elle ne perd rien et n’est jamais en retard (sauf, quand ses horizons s’ouvrent enfin), et pourtant, elle aussi à des rêves. En vérité, elle semble être constamment plongée dans des rêveries éveillées : discrète ou taciturne, elle est indifférente aux autres et souvent perdue dans ses pensées, en état de contemplation sans que quiconque s’en rende compte ce qui lui permet de paraître toute différente sans révéler ce qu’elle est vraiment.

 

Ainsi, si elle semble accepter en apparence les règles de la tradition, elle est loin de les faire sienne. Elle s’éloigne tellement de la tradition familiale qu’elle est moins intéressée par la littérature que par les mathématiques et l’astronomie qui lui plaisent en tant qu’elles qui offrent la solitude qu’elle recherche, préférant les problèmes mathématiques aux problèmes liés au fait de côtoyer les autres êtres humains. Quant aux conventions sociales, comme le mariage, elle semble aussi s’y résoudre mais sans y croire, sans lui donner la valeur que la société lui donne, quitte à se marier sans amour si elle obtient ce qu’elle souhaite :

« Mais, je l’avoue, si je l’épouse, c’est parce que  je serai très franche avec vous, vous ne devrez souffler mot à personne de ce que je vais vous dire  si je l’épouse, c’est parce que je veux me marier. Je veux avoir une maison à moi. La vie n’est plus possible chez nous. Vous, vous n’avez aucun problème, Henry ; vous pouvez faire ce que vous voulez. Moi, je dois toujours être là. Vous savez bien comment cela se passe à la maison. Vous ne seriez pas heureux non plus si vous ne faisiez rien. Ce n’est pas que je n’aie pas le temps, c’est l’atmosphère. » 

Ainsi, le mariage est pour elle une façon d’obtenir enfin « une pièce bien à soi » et faire quelque chose de ses journées en s’adonnant aux activités qu’elle souhaite (comme les mathématiques qui sont une passion secrète pour elle), sans être interrompue. Ainsi avoir l’opportunité de jouir pleinement, en plein jour de la solitude qu’elle aime. Cependant, cette situation pose forcément problème : le tout est de s’en rendre compte à temps…

 

Je crois que ma perplexité face à cette œuvre est venue surtout de ce personnage-ci qui n’est pas mon préféré (il s’agit pour moi de Ralph) mais que j’ai appris avec le temps à comprendre et à aimer. Elle demeure tout de même énigmatique pour le lecteur et pour les autres personnages, parce que sa vraie personnalité est souvent cachée aux autres, conforme au titre du recueil des lettres de son auteur : « ce que je suis en réalité demeure inconnu ».

 

Cependant, ce trait de caractère de Katherine, en tant qu’elle fait mystère, n’est pas sans conséquence sur ce qui définie la relation amoureuse dans Nuit et Jour et, qui sait, dans la tête de son auteur. C’est en cela aussi que Nuit et Jourtire son originalité : l’amour et le mariage sont des thèmes récurrents dans ce roman et pourtant, ça n’en fait pas un roman « classique ». Au contraire, les personnages sont autant en quête d’amour qu’en quête de ce qu’est l’amour. Comment savoir si que ce qu’on ressent, c’est de l’amour ? Qu’est-ce qui dans l’amour est réel ou fabulé, imaginé ou idéalisé ? Et dès lors, peut-on réellement aimer une idée ? L’amour n’est-il donc qu’une illusion ?

Ralph Denham (qui sait ?)

C’est visible lors d’une déception amoureuse quand la réalité saute aux yeux :

« Katherine était fiancée, elle l’avait trompé. (…) Il était totalement dépossédé. Katherine l’avait trompé ; elle s’était mêlée à toutes ses pensées et maintenant qu’elle se retirait, il les jugeaient factices, et ne pouvait y repenser sans rougir. Sa vie s’en trouvait infiniment appauvrie. (…) A la réflexion, il dut admettre que Katherine ne lui devait rien. Katherine n’avait rien promis, elle n’avait rien pris ; les rêves de Ralph ne signifiaient rien pour elle. Cette pensée le mit au comble du désespoir. Si le meilleur de nous-même ne signifie rien pour pour la personne qui tient le plus de place dans notre vie, que nous reste-il ? » (Chapitre 12)

La personne aimée tient beaucoup aussi grâce à l’imagination ou du rêve, à un certain idéal que l’on projette éloignant les preuves contraires que donnent la réalité. L’amour ne serait que se raconter une histoire et être sciemment placée dans l’illusion romanesque. Ainsi, la pensée incessante de l’autre serait une façon d’aimer une idée fausse de l’être aimé ou plutôt aimer une Idée toute seule sans qu’elle se rapporte à quelque choSe de réel :

I’ve done my best to see you as you are, without any of this damned romantic nonsense. That was why I asked you here, and it’s increased my folly. When you’re gone I shall look out of that window and think of you. I shall waste the whole evening thinking of you. I shall waste my whole life, I believe.” [2]

Cette oscillation entre le rêve et la réalité, entre ce qu’on parait être et ce que nous sommes, entre l’être imaginé et l’être réel, c’est ma façon à moi d’interpréter le titre assez énigmatique de ce roman de Virginia Woolf. Nuit et Jour, ce n’est pas seulement la distance qui sépare les personnages comme le jour et la nuit, comme les antinomies que sont Mary et Katherine par exemple. Nuit et Jour, ce n’est pas seulement la distance qui sépare ce que nous sommes en secret de ce qu’on laisse paraître au grand jour conformément aux bonnes règles de la société. Nuit et Jour, c’est aussi le monde du rêve et celui de la réalité, ces deux mondes qui se confondent dans l’amour ou dans un sentiment égal qui n’ose pas se nommer tel.

 

Voilà mon extrait favori :

Vous saviez que vous étiez amoureux ; pour nous, c’est différent. On dirait… (…) On dirait que brusquement quelque chose s’arrête – cède – s’efface – comme un mirage – comme si nous inventions que nous étions amoureux – comme si nous imaginions quelque chose qui n’existe pas. Voilà pourquoi il nous est impossible de nous marier un jour. Découvrir sans cesse que l’autre est une illusion ; partir ; oublier ; ne jamais être sûr que l’on aime ou qu’il n’aime pas en vous quelqu’un d’autre ; le passage terrifiant entre la joie et la tristesse, oui, voilà pourquoi nous ne pouvons pas nous marier. En même temps, il nous est impossible de ne pas vivre l’un sans l’autre, parce que... [3]

J’ai lu Nuit et Jour dans l’édition de poche, parue récemment dans la collection « Signatures Points « . Elle se trouve bien sûr sur Amazon mais vous pouvez aussi lire la préface de Camille Laurens (chose que je n’ai pas faite pour ne pas gâcher ma lecture) mais surtout le premier chapitre en ligne à cette adresse.
 

Traduction des citations :

[1]« Jamais les voix ne sont aussi belles qu’en hiver, à la tombée du jour, quand les lignes du corps s’estompent et qu’elles semblent s’élever du néant avec une intonation intime si rare en plein jour. »

[2] « Dieu m’est témoin que j’ai essayé, répliqua t-il. J’ai fait de mon mieux pour vous voir telle que vous êtes, sans être bêtement romanesque. C’est pour cela que je vous ai demandé de venir ici mais cela n’a fait qu’aggraver ma folie. Lorsque vous serez partie, je regarderai par cette fenêtre et je penserai à vous. Je passerai toute la soirée à penser à vous. J’y passerai toute ma vie, je crois. »

[3] “You knew you were in love; but we’re different. It seems (…) as if something came to an end suddenly—gave out—faded—an illusion— as if when we think we’re in love we make it up—we imagine what doesn’t exist. That’s why it’s impossible that we should ever marry. Always to be finding the other an illusion, and going off and forgetting about them, never to be certain that you cared, or that he wasn’t caring for some one not you at all, the horror of changing from one state to the other, being happy one moment and miserable the next—that’s the reason why we can’t possibly marry. At the same time,” she continued, “we can’t live without each other, because—”





Ce billet sur Nuit et Jour est mis à l’honneur pour le challenge de Lou sur Virginia Woolf ! 

13 Réponses to “"Nuit et Jour" de Virginia Woolf”

  1. Jamestine 3 septembre 2012 à 10:24 #

    Je suis assez admirative devant une critique aussi complète et aussi bien construite ! ^^ Je n'ai lu qu'Orlando de cette auteure et je n'avais pas du tout accroché mais je ne désespère pas😉

  2. Alexandra Bourdin 3 septembre 2012 à 12:52 #

    C'est très gentil ! J'ai essayé tout en analysant l'oeuvre de ne pas trop dévoilé l'histoire parce que sinon, ça perd un peu de sa saveur si quelqu'un qui me lit a envie de lire cette oeuvre. On aime jamais être spoilée ^^C'est très drôle que tu parles d'Orlando parce qu'on parlait avec un amie en privé de mon billet et elle aussi n'a lu qu'Orlando qu'elle n'a pas aimé non plus. Joli coïncidence ^^J'aime tous les VW pour ma part mais c’est vrai qu'Orlando n'est pas le meilleur. "Nuit et Jour" est par exemple meilleur dans son genre. On sent que c'est une oeuvre moins sérieuse que les autres, à la fois un pastiche des romans historiques et une sorte de long clin d'oeil de 300 pages à son amante, Vita Sackville-West. C'est une sorte de blague littéraire en fait et je pense qu'on l'apprécie mieux si on a ça en tête. :)En tout cas, si tu as en tête un Virginia Woolf (ou un Dostoïevski) pour une Lecture Commune, n'hésite pas. Je serais surement intéressée.🙂

  3. pagesaprespages 3 juin 2013 à 12:48 #

    Très joli article bien écrit ! Après avoir lu ton avis sur "La traversée des apparences", je voulais voir ce que pensais des autres livres de Virginia Woolf. Avec cet article, je suis comblée ;-)Je pense que si j'en lis un, ce sera celui-ci, il m'inspire davantage. Bonne journée à toi🙂

  4. Alexandra Bourdin 3 juin 2013 à 2:34 #

    Je te conseille vraiment "Nuit et Jour" surtout si tu es intéressée par le féminisme. Et, pour le coup, contrairement aux romans de la maturité, "Nuit et Jour" est très agréable à lire, peut-être plus que "La Traversée des apparences" qui est plus cérébral je dirais et plus existentiel. "Nuit et Jour" est surement mon préféré dans ses œuvres de jeunesse.

  5. satinesbooks 8 août 2013 à 8:56 #

    Je suis béate d’admiration devant une aussi belle critique. Autant bien par l’abondance d’informations (qui me donnent vachement envie de lire le livre) mais aussi par la manière dont tu abordes les choses et les expliques.

    Félicitations et merci pour ton avis🙂

    • Alexandra Bourdin 9 août 2013 à 1:36 #

      Merci ! C’est un roman coup de coeur alors mon billet est plus soigné.🙂 J’espère t’avoir donné assez envie de lire sans révéler trop de choses de l’intrigue, surtout amoureuse. xD Bonne lecture, reviens me donner ton avis quand tu l’auras lu, hein ?😉

      • satinesbooks 9 août 2013 à 11:11 #

        Je l’ai commandé directement après avoir lu ton billet🙂

        Je viendrai te donner mon avis avec plaisir🙂

Trackbacks/Pingbacks

  1. "Entre les actes" de Virginia Woolf | La Bouteille à la Mer - 25 juin 2013

    […] auteurs pareils, au style si extraordinaire, leurs productions aillent à l’infini. Après Nuit et Jour, un véritable coup de cœur pour une œuvre de jeunesse trop méconnue, j’ai pris […]

  2. "Contes de la rose pourpre" de Michel Faber | La Bouteille à la Mer - 26 juin 2013

    […] avec 250.000 manifestant(e)s à Hyde Park. Ça m’a rappelé un souvenir ému, ma lecture de Nuit et Jour de Virginia Woolf. Henry, le narrateur, « y était » bien sûr ! Cependant, mais une envie pressante […]

  3. Top Ten Tuesday #2 | La Bouteille à la Mer - 27 juin 2013

    […] soi-même. Comme je l’ai fait sur ma page FB un jour avant la publication de mon billet sur Nuit et Jour, je vous conseille d’écouter une version adaptée sur France Culture. On sent d’autant […]

  4. Rendez-vous sur "Gender Studies & Féminisme" | La Bouteille à la Mer - 13 août 2013

    […] prochain le temps d’un mémoire sur son rapport au genre dans ses œuvres de jeunesse (Nuit et Jour et La traversée des apparences) et dans ses essais dits féministes comme Une chambre à […]

  5. "Nuit et Jour" (1919) de Virginia Woolf | Virginia Stephen Woolf - 22 octobre 2013

    […] article fut initialement publié sur le blog La Bouteille à la Mer le 30 août […]

  6. « Entre les actes  (1941) de Virginia Woolf | «Virginia Stephen Woolf - 19 février 2015

    […] auteurs pareils, au style si extraordinaire, leurs productions aillent à l’infini. Après Nuit et Jour, un véritable coup de cœur pour une œuvre de jeunesse trop méconnue, j’ai pris […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :