"Contes de la rose pourpre" de Michel Faber

27 Oct

« Miss Sugar ! Quel nom ! Il sonne comme une création de l’imagination, à mi chemin du Père Noël ou de la fée Clochette. »
Michel FABER, Contes de la Rose Pourpre,
« Une puissante cohorte de femmes, coiffées de grands chapeaux »

L’intrigue :

La Rose pourpre et le lys n’a rien d’un conte de fée ou alors avec beaucoup d’ironie puisqu’il raconte le parcours de son héroïne, Sugar, qui est au début du livre prostituée dans le Londres des années 1870. L’ère victorienne y est mise à nu et étrangement, le destin des prostituées comme elle, une fois leur horizon élargi, se révélait à ses yeux pas plus reluisant que celui des générations de femmes et de petites filles bourgeoises que Sugar rencontre une fois presque sortie de sa condition. Sugar aspire à la liberté, d’une fuite en avant et cette fuite, elle ne la fera pas seule… Ce qui arrive ensuite n’est pas révélé et Les Contes de la rose pourpre ne servent pas à cet effet.

 

Ma critique :

Rester sur sa faim. C’est toujours un peu le cas lorsqu’on finit un bon roman comme si les mille-cent cinquante pages de La Rose pourpre et le lysde Michel Faber n’étaient pas assez pour être rassasié ! On a toujours envie d’en reprendre comme la « petite part » en plus d’un gâteau, par pure gourmandise. Pourtant, le lecteur n’est pas roi, ce n’est pas un sale gosse à qui on répondrait à tous ses caprices, même les plus désintéressés comme l’est la lecture.

 

Michel Faber, La Rose pourpre et le Lys

Michel Faber, La Rose pourpre et le Lys

 Certes, la fin de La Rose pourpre et le lys est abrupte mais elle est aussi ouverte et c’est souvent la marque des romans les mieux construits. C’est paradoxal ? Pas du tout ! J’aime l’inachèvement quand j’écris ou quand je lis parce que, d’une certaine manière, telle est aussi la vie et la littérature n’est pas toujours là pour embellir ce qui est, pour l’achever comme s’il y avait toujours un début et une fin. Le lecteur est laissé en plan et les personnages auxquels il s’est tant attaché pendant tant de pages s’en vont sans qu’il sache le fin mot de l’histoire mais c’est beau comme ça. C’est une façon d’apprendre la liberté et de l’offrir même à des « êtres de papier ».

 

Ainsi, Les Contes de la Rose pourpre n’ont rien d’une suite mais seulement plusieurs fenêtres ouvertes sur l’univers qu’a construit ou reconstruit Michel Faber à partir de l’époque victorienne. Si vous n’avez pas lu La Rose Pourpre et le Lys mais que vous avez tout de même envie d’entrer par la mauvaise porte, la porte de derrière, dans cet univers néo-victorien où les bas-fonds et la bourgeoisie de Londres se côtoient sans gène, je vous conseille de ne pas lire l’avant-propos de l’auteur qui justement raconte la fin, dasn ses détails. Sauf si ça ne vous dérange pas et que vous faites partie des lecteurs qu’il cite au début, ceux qui « accordent si peu de prix au suspense, ou craignent tant les mauvaises surprises, qu’ils vont droit à la dernière page du livre voir comment cela se termine ». Toutefois, ce n’est pas moi qui vous raconterait la fin ! A vous de choisir par quel bout vous voulez prendre cette histoire.

Michel Faber, Les Contes de la Rose pourpre

Michel Faber, Les Contes de la Rose pourpre

Ça peut paraître risqué de présenter ce petit recueil de sept nouvelles pas forcément à des personnes qui ont lu le roman qui lui est lié mais je me suis dit que c’était une bonne manière, un peu originale, de l’aborder sans forcément entrer dans les détails de l’intrigue. A vrai dire, seules trois nouvelles se situent après l’action de La Rose pourpre et le lys mais, objectivement, quand il y a retour en arrière, c’est fait de façon très vague. Aucun complexe donc à avoir si vous ne l’avez pas lu mais que vous voulez un peu testé le style de l’auteur et ses personnages avant d’attaquer les deux tomes de La Rose pourpre et le lys, Aucun dépaysement donc si ce n’est d’entrer la tête la première dans un monde qui n’est plus le nôtre mais qui, étrangement, le rappelle. Moi-même, qui ai lu l’œuvre il y a bien quatre ans, j’ai eu à peine l’impression d’être perdue alors j’imagine que ma situation ne sera pas si différente de celle des lecteurs qui n’ont pas lu l’œuvre. On trouve ou retrouve certains personnages avant et après l’intrigue principale et ce que j’ai aimé, c’est l’histoire de chaque nouvelle vaut pour elle-même, indépendamment de l’intrigue générale. Il ne s’agit ni de suites ou de révélations exclusives et donc pas d’un post-scriptum à l’œuvre comme pour lui dire adieu mais plutôt des histoires indépendantes qui parlent pour elles-mêmes et qui sont en même temps représentatives moins de l’intrigue particulière que de l’époque victorienne. D’une certaine manière, les Contes ne développe pas la fin mais plutôt le cadre général ce qui en fait forcément un livre à part, en marge de La Rose Pourpre.

 

On y retrouve le monde de la prostitution bien sûr, sans complexe et à la fois avec la dose de cynisme et de distance déjà aperçues dans La Rose pourpre avec autant d’humour noir. Les questions matrimoniales propres à cette époque ne sont pas absentes où rester « vieille fille », situation « perverse »selon le modèle victorien (c’est du moins le mot qu’emprunte à cette époque Faber avec beaucoup d’ironie) ne pose pas trop de problèmes à certaines. Les traumatismes de guerre font l’objet aussi de scènes et de situations plutôt étranges, voire dérangeantes, mais paradoxalement comiques. Michel Faber a toujours autant de talent pour nous plonger dans cet univers, ouvertement glauque et, pourtant, il arrive à rendre ça « attrayant ». C’est toujours un plaisir car il arrive à capter des situations qui font réfléchir autant que rire; Un rire jaune ou franc.

« Fermez les yeux. Perdez le sens du temps pendant un moment – juste assez pour vous laisser rattraper par cent trente ans. »
« Il est presque temps d’ouvrir les yeux : le vingt et unième siècle vous attend et vous êtes resté trop longtemps parmi des prostituées et d’étranges enfants. Retirez vous maintenant. Sugar est fatiguée même si nous sommes en pleine journée. Ce soir son travail reprendra (…). »

 

Voilà le début et la presque toute fin de « Noël dans Sliver Street », la première nouvelle du recueil et souvent Faber place le lecteur dans cette position presque de voyeur, ce qui n’a rien d’anodin vu qu’on y retrouve Sugar dans son lieu familier, quelques temps avant que l’intrigue ne commence. C’est avec cynisme que le thème de Noël est traité : après tout, comment fête t-on Noël dans un bordel ? D’ailleurs, le fête t-on ? « C’est quoi Noël ? (…) Y’en a qui se font des cadeaux à Noël…», voilà la réaction habituelle d’un jeune garçon, Christopher, qu’on retrouve déjà dans La Rose pourpreet qui fait office de domestique : il vient chercher et lave les draps sales…

« Quel âge a le petit Christopher ? Sugar ne sait pas. Bien trop jeune pour être bonne à tout faire dans un bordel, mais c’est le travail que lui a donné Amy [sa mère, elle aussi prostituée] et il semble reconnaissant de pouvoir se rendre utile. Peut-être que s’il lave et sèche un million de draps, il rachètera enfin son péché originel : la naissance. »

Sugar, qui a beaucoup de douceur et d’attention pour les enfants (elle s’indigne dans « La Pomme » de voir du haut de sa fenêtre une mère, venue évangéliser la rue en chantant des cantiques, frapper sa petite fille pour avoir fait tomber une pomme… Sugar prévoit même de la lui jeter sur la tête si elle revient les jours suivants !), va essayer de rendre cette journée « comme les autres » dans une maison close un peu différente. En vain, peut-être, mais c’est à chaque lecteur de juger par lui-même.

« Mon père m’a fait à moitié. Exactement à moitié, disait ma mère. (…) Chaque être humain était un mélange d’ingrédients, comme une soupe, me dit-elle. La mère fournissait la moitié et le père l’autre. Ils étaient tous mélangés et cuits et le résultat était l’enfant, moi en l’occurrence. »

J’ai commencé ce billet par une citation d’« Une puissante cohorte de femmes, coiffées de grands chapeaux », la dernière nouvelle et la plus longue du recueil et de loin ma préférée. Elle est un peu particulière par rapport aux autres car il s’agit du récit d’un vieux homme, visiblement à l’article de la mort, qui raconte son enfance et surtout son émigration à Londres depuis son Australie natale. Il s’agit du fils de l’un des personnages, vivant dans les années 1990, et évoquant l’époque édouardienne, c’est-à-dire justement l’époque qui a fait ses adieux à l’ère victorienne pour rentrer dans le monde « moderne ». On y voit le regard d’un enfant qui a sept ans en 1908, né le même jour de la mort de la reine Victoria :
Le Roi Edward VII du Royaume-Uni

Le Roi Edward VII du Royaume-Uni


« Je pense toujours aux Edouardiens comme à des enfants. Des enfants qui ont perdu leur mère, mais qui étaient trop jeunes pour comprendre qu’elle avait disparu, et continuaient donc à jouer comme par le passé, ne remarquant que peu à peu, du coin de l’oeil, les ombres tremblotant à l’extérieur de leur nursery. »

Ces ombres, c’est le monde moderne, celui des suffragettes qui commencent à se manifester er à manifester : l’épisode à la fois central et qui clôt la nouvelle, c’est la manifestation à Londres du 21 juin 1908 en faveur du droit de vote pour les femmes avec 250.000 manifestant(e)s à Hyde Park. Ça m’a rappelé un souvenir ému, ma lecture de Nuit et Jour de Virginia Woolf. Henry, le narrateur, « y était » bien sûr ! Cependant, mais une envie pressante l’empêche de vivre pleinement l’évènement historique :

« Il n’y a rien de tel qu’une vessie pleine pour ruiner le sens de l’Histoire. Jésus-Christ pourrait descendre des cieux au bras d’Hélène de Troie que vous continueriez à chercher des toilettes. »

Ce que j’ai aimé dans ce personnage, c’est qu’il est aussi une figure de l’auteur, comme dans une mise en abyme. En tant que narrateur, il ballade complément le lecteur d’une digression à une autre, ce qui était assez drôle en fait !

« Mais vous ne voulez pas entendre parler de ma vie. Vous voulez que je vous parle de la manifestation. J’y viens. Sans blague, je vous donne ma parole d’honneur que je ne mourrai pas avant de terminer l’histoire. Je comprends bien à quel point il est énervant d’arriver jusque là et de ne pas savoir ce qui se passe ensuite. Je ne vous ferais jamais ça ! »

La phobie de l’histoire inachevée, son lecteur a pu l’avoir jusqu’à la fin. Mais, le problème, avec cette nouvelle (comme avec la majorité des autres du recueil), c’est qu’elles sont elles aussi ouvertes, elles aussi inachevées.

« Revenez demain et je vous raconterai la suite. Tout ce que vous voulez savoir, je vous le promets. Demain. »

Sauf qu’heureusement, la fin, demain, n’arrive jamais.

J’espère vous avoir donné envie de nous plonger ou de vous replonger dans La Rose pourpre et le lys avant ou après Les Contes de la rose pourpre. Bien sûr, vous resterez sur votre faim mais, si vous voulez savoir ce qui arrive ensuite à tous ces personnages (comme c’est souvent le cas pour n’importe quelle lecture, que le roman soit achevé ou non), l’imagination est le meilleur des remèdes !

 

Où les trouver ?

 
La Rose pourpre et le lys est disponible en poche dans la collection « Points » pour EUR 7, 69 (Tome 1) et EUR 8, 17 (Tome 2) ou EUR 15, 87 (coffret Tome 1 & 2).
Les Contes de la rose pourpresont disponibles en livre de poche dans la même collection pour EUR 5, 80

8 Réponses to “"Contes de la rose pourpre" de Michel Faber”

  1. Jamestine 27 octobre 2012 à 8:13 #

    Naaaaaaaaaaaaan, j'avais écris un super commentaire super long et ma connexion à buguer T_T monde cruel xD Bon, recommençons ^^Je disais donc que ton article était super comme d'habitude😉 Tu nous donne toujours envie d'aller zieuter le roman chroniqué et d'ainsi sortir un peu de nos sentiers battus ! Puisque ce n'est pas une lecture que je serais allé choisir de moi même. Donc merci🙂 Sinon pour répondre à ton commentaire, je te recommande vraiment Tess d'Uberville et je serai curieuse de connaitre ton avis😉 Merci beaucoup pour le lien d'ailleurs, je devrais écouter la radio plus souvent😀 C'est marrant que tu parles des "Forestiers" j'ai faillis l'acheter cette aprem, je le lirai de toute façon plus tard ^^Enfin pour répondre à ta question, je n'ai pas vu l'adaptation BBC mais du coup je vais aller chercher ça :p Bises !!

  2. Céline 28 octobre 2012 à 6:49 #

    Tu donnes très envie de découvrir cet univers !!! Je note le roman et le recueil, qui ne peuvent que me plaire …

  3. Alexandra Bourdin 28 octobre 2012 à 9:37 #

    @Jamestine : Flûte pour ton commentaire perdu ! :(Je suis ravie de donner envie de sortir des sentiers battus ! Je n'applique trop encore cette règle à moi-même, malheureusement😄 (mais lire des polars comme "Le Grand Sommeil" que j'ai chroniqué, c'est déjà un premier bas ^^)"Tess d'Uberville" est dans ma PAL d'ailleurs depuis un petit bout de temps. Je te donnerais mon avis dès que possible. :)Bises !

  4. Alexandra Bourdin 28 octobre 2012 à 9:47 #

    @ Céline : Le roman est fabuleux, très cru par moments mais pas vulgaire (selon moi ^^) comme on pourrait le penser (ce n'est pas du "Fifty Shades", quoi…) et le style d'écriture de Faber est vraiment agréable. Je l'ai lu en français mais ça doit être meilleur en anglais.Toutes les nouvelles du recueil ne se valent pas mais celles que j'ai cité et une à laquelle j'ai fait allusion sans la citer ("Clara et l'Homme aux rats", rien que le titre donne envie XD) sont vraiment bonnes. L'avant-propos est très drôle parce que Michel Faber cite de nombreuses lettres de "fans" qui lui ont écrit pour lui demander s'il y aurait une suite et d'autres choses et certaines réactions sont vraiment démesurées. XDRavie de t'avoir fait découvrir "La Rose pourpre" et ses "contes". Merci beaucoup d'être passée.🙂

Trackbacks/Pingbacks

  1. "The Gipsy Gentleman" (nouvelle néo-victorienne) | La Bouteille à la Mer - 5 juillet 2013

    […] de mes passions, l’ère victorienne, et dans la ligne de romans néo-victoriens comme Les Contes de la Rose pourpre de Michel Faber qui est un peu mon modèle du genre actuellement pour l’extrême réalisme de […]

  2. "Fog", tome 1 "Le tumulus" de Roger Seiter et Cyril Bonin | La Bouteille à la Mer - 19 août 2013

    […] ses conseils figuraient Fog, ambiance néo-victorienne garantie et quand on connait mon amour pour Michel Faber, mon maître en la matière, et mon goût pour ce mouvement en écrivant  même une nouvelle […]

  3. "Néo-victorien", mon cher Watson ! [I/II] | La Bouteille à la Mer - 7 juillet 2014

    […] m’ont pas fait peur. J’étais bien sûre déjà fichue jusqu’à lire et chronique The Apple : New Crimson Petal Stories, son recueil de nouvelles qui sert de séquelle à son roman ou même la semaine dernière aller […]

  4. "Néo-victorien", mon cher Watson ! [II/II] | La Bouteille à la Mer - 7 juillet 2014

    […] – [Lecture] Contes de la rose pourpre de Michel Faber  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :